Raymond De Mey

raymond de mey psychotherapeute alsemberg beersel

Un beau jour, il y a longtemps, j’avais vingt-sept ans, j’ai décidé d’aller consulter un psy parce que j’étais “mal-heureux”, parce qu’à l’instar de Don Quichotte, j’étais devenu un “chevalier à la triste figure” combattant des moulins à vent.

Je m’étais fort éloigné de moi et j’incarnais un rôle dans une pièce que j’avais pourtant écrite moi-même, mais qui avait été largement remaniée par les autres, à commencer par mes parents, mes enseignants, mes supérieurs, mes amis, etc. J’étais devenu “l’objet de leur verbe”, de leurs désirs aussi ; je vivais dans leur ombre, à l’abri de moi et de mes désirs propres … qui, eux, ne m’avaient pas oublié et ne cessaient de résurgir et de me harceler dès que je baissais ma garde.

Mon thérapeute d’alors m’écoutait patiemment lui débobiner mes déboires et, quand je lui en laissais l’occasion, il me communiquait la manière dont il se permettait de considérer ma “trame existentielle”, le “scénario de ma vie”; il me parlait parfois de mythes grecs qui offraient une étrange ressemblance avec ce qui m’arrivait et me faisait ainsi comprendre que je lui racontais “des histoires”, ou, plutôt, une histoire plutôt tordue, la mienne.

Mais qu’il s’agissait d’une histoire bien connue en fait, d’une histoire stéréotypée comme savent en inventer les personnes “névrosées”. Et que voilà ce qui m’était arrivé : je jouais le rôle principal dans une aventure existentielle qui avait été “préméditée” par d’autres et qui ne me convenait pas ou, plutôt, qui, à bien la regarder, ne m’avait jamais vraiment convenue. A l’intérieur de cette trame contraignante était contenue ma vie “réelle” avec ses heurs et ses malheurs.

Puis, par un maître “coup de force”, il me fit peu à peu comprendre que les histoires que d’autres m’avaient raconté, et que je m’étais sans cesse raconté depuis, ne valaient que parce que j’y adhérais, que parce que j’étais “complice de ma triste destinée”, que parce que cela “m’arrangeait”, que parce que j’obtenais quelque “bénéfice” à vivre de la sorte …

Parce que cela me dispensait d’un tas d’épreuves, en fait, en même temps que cela me privait de “la joie” de vivre une existence pleinement sensée ou je serai “moi-même”, le “sujet” de mon verbe et de mes désirs propres. Et, lentement, en sa compagnie, je me suis mis à lui raconter et à me raconter une histoire qui me convenait mieux et qui rendait bien mieux compte de tout ce que j’avais vécu d’authentique depuis ma naissance, et même avant … c’est dire! C’est dire que cet homme, en quelques mois, m’avait permis de convertir ma mésaventure en une nettement moins mauvaise voire en une “bonne” aventure existentielle (qu’il me fallut quelques années pour mettre vraiment au point).

Par ailleurs, ce qui s’était passé au “niveau psy” eut très rapidement des répercussions bénéfiques tant aux niveaux somatique que social et professionnel ; cela me permit de me rejoindre prudemment, de faire en sorte que “je” sois à nouveau “moi”, et que l’aventure qui s’offrait à moi, même si elle ne serait pas facile pour autant, serait bel et bien la mienne.

Emerveillé par l’expérience vécue, je décidai, peu de temps après, de faire tout le nécessaire pour devenir psychothérapeute moi-même, afin de faire bénéficier à d’autres ce qui m’était arrivé de bon, de bien et de beau durant ces quelques mois-là et les quelques années qui suivirent. Ce dont je viens de vous parler s’est passé il y a 39 ans, et je suis resté fidèle à ma “vocation”.

Et voilà dès lors ce que je vous propose de vivre en ma compagnie et qui fait l’objet de la pratique que j’ai intitulée le Life Coaching Analytique et Symbolique (un savant mélange de psychanalyse, toutes tendances confondues, d’analyse transactionnelle, de gestalt-thérapie et de bio-énergie, mâtinée de praxis symboliques diverses).

Je vous reçois en individuelle, vous écoute et vous accompagne. Mais il se peut également qu’un “couple” de personnes se soit fourvoyé dans une “aventure” qui ne lui convient pas ou qui ne lui convient plus. Je les reçois alors, d’abord séparément, puis ensemble, et commence ainsi une “nouvelle” aventure plus réjouissante que l’ancienne qui avait mené le couple dans une impasse.

Je reçois également des adolescents et des jeunes adultes et je procède alors de la même manière. Pour ce qui est des adolescents, je demande d’avoir un entretien préalable avec un des deux parents voire avec les deux.

Et je ne reçois des enfants que dans le cadre de la “thérapie” d’une famille dont ils font partie … une famille perdue dans une “drôle d’histoire”, et Dieu sait s’il y en a! Voilà.

Au plaisir de vous rencontrer.

Des questions, des doutes, fixer un rendez-vous ? Prendre contact !

Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter le secrétariat. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email à notre secrétariat Coaching Belgique, à l’attention du coach de votre choix.
Bel-santé.be - Trouvez le spécialiste qui peut vous aider